Le conjoint expatrié à Houston : Employé ou entrepreneur ?

concept courrirPour les conjoints expatriés à Houston qui souhaitent reprendre ou entreprendre une activité professionnelle, au Texas, tout est possible ! Le rêve américain prend corps ! Cependant, de nombreux freins, dont certains sont logistiques et pratiques, entravent souvent le « conjoint expat » dans la réalisation de son projet professionnel. Particulièrement si celui-ci souhaite trouver un emploi en tant que salarié. Identifier et connaître ces contraintes spécifiques au statut du conjoint expatrié à Houston, c’est déjà commencer à les dépasser !

De manière générale, et ce à travers tous les pays et toutes les expatriations, le conjoint devient le pilier de la famille et ce, tout spécialement dans la phase d’adaptation. Juste après l’arrivée dans un nouveau poste et donc en début d’installation, l’employé expatrié est majoritairement très sollicité professionnellement et dans de nombreux cas amené à voyager. Le conjoint demeure alors l’unique personne ressource en cas, notamment et par exemple, de maladies des enfants, de journées de formation des enseignants ou d’urgence médicale. Par ailleurs, celui-ci prend souvent pleinement en charge l’intégration des enfants et de la famille dans leur nouvel univers scolaire et social. Une nécessité de disponibilité familiale et horaire qui, reconnaissons-le, limite grandement ses atouts potentiels lors d’une candidature pour un emploi en tant que salarié.

Les dix jours légaux de congé par an alloués par les sociétés américaines peuvent être une autre réalité de terrain qui restreint le « conjoint expat » dans sa recherche d’un poste en tant qu’employé. Ils sont, entre autres, une astreinte conséquente pour une famille expatriée désireuse de maintenir, lors de retours annuels estivaux de plusieurs semaines, le lien avec la famille et les amis restés au pays.

Par ailleurs, il semble que d’autres contraintes propres au statut circoncisent le conjoint désireux de travailler en tant qu’employé à Houston. Administrativement, nombre de conjoints expatriés aux USA sont porteurs d’un Visa L2 attaché au Visa L1 de leur partenaire. Etre porteur d’un L2, pour nombre d’entreprises internationales ou américaines, signifie que l’individu est mobile et « déplaçable » aisément par la société qui a généré le Visa L1 lors de l’entrée sur le sol des USA. Sur certains sites onlines, il n’est d’ailleurs pas possible de postuler pour une offre d’emploi dès que l’on tente d’y introduire la mention Visa L2.

Toutes ces contraintes familiales, logistiques, et de terrain mènent parfois le conjoint à un renoncement professionnel temporaire ou définitif. Face à ce constat décourageant, de nombreux « conjoints expats » devinent autre choix possible : l’entreprenariat ! Une carrière portable personnalisée au statut de conjoint expatrié et à ses exigences de flexibilité, un engagement professionnel à la mesure de ses compétences multiples en évolution constante et une trajectoire maîtrisée adaptée au lieu au sein duquel il évolue !

Virginie Houet