Le BNI : un atout pour lancer son business aux US ?

Networking in USA

Vous avez peut-être entendu parler du Business Network International (BNI). Mais de quoi s’agit-il vraiment ?

Anne Rotschi, executive coach et membre de Houston Expat Pro, a tenté l’expérience et nous raconte sa plongée dans l’univers de la mise en réseau made in US. Ingénieur de formation, Anne Rotschi est « Executive Coach ». Début 2016, elle pose ses valises à Houston avec son mari et sa fille. Très vite, la pétillante conjointe d’expat décide de prendre sa vie professionnelle en main. Elle se rapproche de Houston Expat Pro, suis les formations de Job Search 101 et lit quotidiennement le Houston Chronicle. « Cela peut paraître anecdotique mais la lecture des pages Business du Houston Chronicle m’a beaucoup apporté. C’est là par exemple que j’ai découvert l’existence de Job Search 101 qui offre des formations gratuites à ceux qui souhaitent refaire leur CV, se créer un profil Linked-in ou apprendre à se présenter de manière percutante et efficace. ».

En septembre 2016, elle crée son entreprise « Elevating Coaching » qui accompagne des cadres et dirigeants d’entreprise soucieux de booster leur performance. Plus motivée que jamais, elle redouble d’efforts pour s’implanter dans le tissu économique local. Un jour, par le bouche à oreille, elle entend parler du Business Network International (BNI). Ce réseau d’affaires professionnel basé sur la recommandation mutuelle, permet aux dirigeants d’entreprise, professions libérales, et créateurs de petites et micros entreprises de développer leur business. Il est structuré en groupes locaux, constitués de 15 à 40 membres chacun, avec un seul représentant par profession. Le réseau retient tout de suite l’attention d’Anne, mais il y a un hic : Il faut être coopté pour pouvoir entrer dans le cercle.

Qu’à cela ne tienne, Anne écrit au président du groupe local le plus proche de chez elle qui lui propose de venir se présenter. Le courant passe tout de suite. « Je suis tombée sur un groupe positif, accueillant et dynamique constitué principalement d’américains implantés localement : un agent immobilier, un avocat, un assureur, un informaticien… Très vite, ils m’ont proposé de les rejoindre. » Concrètement, Anne les retrouve désormais un matin par semaine et s’est engagée à assister à toutes les réunions hebdomadaires et à se faire remplacer en cas d’empêchement, comme le veulent les règles du BNI. « Les sessions durent généralement 1h30. Le président fait une introduction puis l’un d’entre nous fait une présentation en lien avec son activité. Ensuite chacun sollicite une recommandation et nous recevons les visiteurs extérieurs au groupe. Souvent, nous restons au café auprès les sessions pour échanger. Nous rencontrer en binôme nous permet de mieux nous connaître et nous aide à nous recommander mutuellement des clients ».

Le coût de la démarche n’est pas anodin : 150 dollars d’inscriptions, auxquels s’ajoutent 445 dollars par an, ou 685 dollars pour deux ans. « Il est encore trop tôt pour moi pour dire si l’investissement en valait la peine et il est certain que j’ai pris un certain risque en m’engageant dans cette voie. Mais je ne le regrette pas. Car avant d’arriver au BNI je connaissais mal le tissu local et ne maîtrisait pas bien l’anglais du monde de l’entreprise. Etre membre du réseau m’a permis de me faire connaître, de développer ma compréhension orale dans le milieu professionnel, de trouver des nouveaux clientsJ’ai d’ailleurs déjà eu plusieurs recommandations depuis mon arrivée dans le groupe et l’une d’entre elles a débouché sur un contrat. ». Selon les chiffres du BNI*, 20% des membres se disent pleinement satisfaits des recommandations obtenues la première année, 80% au bout de 4 ans. Alors, rendez-vous dans 4 ans pour voir ce qu’Anne en pense ? Et dans l’intervalle, n’hésitez pas à contacter Houston Expat Pro si vous voulez en savoir plus sur toutes les autres dynamiques de réseaux disponibles sur Houston pour vous aider à vous implanter dans le tissu économique local.

 

*Source : CD “Networking Secrets” – Dc Ivan Misner